.
Du Québec à toute la francophonie

Heure de Montréal

Heure de Kinshasa

Heure de Bruxelles

Heure de Pekin

Heure de Sydney

En entendant ces mots, j'ai été inondé d'émotion. Je n'avais pas réalisé à quel point j'avais besoin d'eux. Alors que les larmes coulaient sur mon visage, j'ai compris à quel point je me sentais seule et oubliée.

J'étais dans la période la plus sombre de ma vie. Mon mari avait quitté notre famille, mon corps se détériorait et j'étais parent de deux adolescentes en colère qui ne voulaient rien avoir à faire avec «mon» Dieu. Je me suis senti inaperçu.

"L'assurance que Dieu est avec nous est le don le plus précieux que nous ayons dans la souffrance."

Mais d'une manière ou d'une autre, savoir que Dieu ne m'avait pas oublié m'a incité à me presser en lui avec un espoir renouvelé. Ces simples mots ont tourné mon esprit et m'ont aidé à me concentrer sur les vérités dont je devais me souvenir. Que le Seigneur était avec moi et me soutiendrait pendant cette épreuve. Que Dieu utilisait ma souffrance pour accomplir quelque chose de bien plus grand que je ne pouvais voir ou comprendre. Et que ma douleur ne durerait pas plus longtemps que ce qui était absolument nécessaire.

Ces vérités m'ont ancré. Et ces trois assurances sont toujours ce qui me motive aujourd'hui.

1. Dieu sera avec moi.

L'assurance que Dieu est avec nous est le don le plus précieux que nous ayons dans la souffrance.

Bien sûr, en tant que chrétiens, nous savons que Dieu est toujours avec nous et qu'il n'y a nulle part où nous pouvons fuir sa présence ( Psaume 139: 7–8 ), mais sentir réellement la présence et le réconfort de Dieu est différent. Cela m'a donné de la joie quand j'étais découragée ( Psaume 16:11 ), m'a rafraîchie quand j'étais fatiguée ( Actes 3:20 ) et a enlevé ma peur quand j'étais dans les eaux profondes ( Ésaïe 43: 2 ). La présence de Dieu a été plus évidente pour moi dans la souffrance qu'à tout autre moment, ce qui en fait un trésor inestimable de ténèbres ( Esaïe 45: 3 ).

Dans le Psaume 23 , David commence par parler de Dieu et de ses tendres soins, en disant: «Le Seigneur est mon berger; Je ne manquerai pas »( Psaume 23: 1 ). Mais quand il entre dans un lieu de danger et de souffrance, il passe de parler de Dieu à lui parler directement. Il dit: «Même si je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne craindrai aucun mal, car tu es avec moi» ( Psaume 23: 4 ). Il y a une proximité, une personnalité avec Dieu que David ressent immédiatement en difficulté.

La présence incomparable de Dieu dans notre douleur souligne qu'une journée avec lui dans l'épreuve vaut mieux que mille jours sans douleur ailleurs.

2. Dieu a un bon but pour ma souffrance.

Si ma souffrance n'avait pas de sens, je n'aurais pas pu y résister. Je me serais senti écrasé, amer, arnaqué, plein de regrets et de doutes, en me demandant si ma mauvaise décision, ou celle de quelqu'un d'autre, m'avait empêché de vivre une vie réussie que j'espérais. La vie se serait sentie injuste et même cruelle.

Mais heureusement, je sais que le contraire est vrai - ma souffrance m'a été confiée par Dieu, et il en utilise chaque goutte pour accomplir ses bons desseins pour moi. Il est plein de sens et ne sera pas gaspillé, même si tout ce que je peux voir sur le moment est ma perte. Par la foi, je crois que Dieu a une raison et un but pour ma douleur - peut-être des milliers de raisons - et elles sont toutes pour mon bien, peu importe à quoi cela ressemble ou se sent à la surface ( Romains 8:28 ; Genèse 50:20) ). Bien que je puisse ne pas voir ou comprendre aucun d'entre eux, je sais que le Seigneur ne me ferait jamais souffrir inutilement. Maintenant, je vois faiblement dans un miroir. Je comprends en partie. Mais un jour, je verrai face à face et je comprendrai pleinement ( 1 Corinthiens 13:12 ).

Les hommes et les femmes de la Bible ne pouvaient pas non plus voir comment Dieu utilisait leur vie et leurs luttes. Ils vivaient au jour le jour, comme nous, déçus, attendant et se demandant pourquoi leur vie était si dure. Pourtant, Dieu a utilisé leur douleur pour quelque chose de plus glorieux qu'ils n'auraient pu l'imaginer.

«Une journée avec Dieu dans l'épreuve vaut mieux que mille jours remplis de plaisir ailleurs.»

Et il en est de même pour nous. Nous devons avoir confiance que Dieu utilise notre souffrance pour quelque chose de plus grand que ce que nous pouvons voir maintenant. Notre souffrance accomplit quelque chose d'éternel, nous préparant un poids de gloire qui est au-delà de toute comparaison ( 2 Corinthiens 4:17 ). Comme avec Joseph, nos épreuves peuvent être pour sauver de nombreuses vies ( Genèse 50:20 ), ce que nous ne pouvons voir pleinement qu'au ciel. Mais nous pouvons être certains que, comme le dit Joni Eareckson Tada, "Nous remercierons Dieu sans fin dans le ciel pour les épreuves qu'il nous a envoyées ici."

3. Ma douleur prendra fin un jour.

 

Peu importe la douleur que nous traversons, si nous sommes en Christ, nous sommes assurés qu'elle ne durera pas éternellement. Notre souffrance est «momentanée» et «pour un petit moment» telle que nous la considérons et la vivons à la lumière de l'éternité. Dieu fera toutes choses nouvelles; nous avons une joie sans fin et indolore qui nous attend au ciel.

Mais le paradis peut sembler peu réconfortant alors que les jours de douleur sur terre s'étendent sur des mois, voire des années. Nous voulons tous la délivrance dans cette vie, et beaucoup d'entre nous la verront. Rien n'est au-delà de la capacité de Dieu de racheter. Il donne la vie aux morts et appelle à l'existence des choses qui n'existent pas ( Romains 4:17 ). Il sait exactement combien de temps durera notre douleur et il nous donnera tout ce dont nous avons besoin en attendant. Rien n'est trop difficile pour lui ( Jérémie 32:17). Nous ne pouvons vivre qu'un seul chapitre de notre vie à la fois, et aucun de nous ne sait exactement ce que le prochain chapitre apportera. Demain peut amener la rédemption au-delà de nos rêves les plus fous, comme Naomi, Joseph et Job l'ont expérimenté. Ou peut-être juste une pause nécessaire de notre douleur et de notre souffrance. Nous pourrions bientôt revenir sur les épreuves d'aujourd'hui et nous émerveiller de la main fidèle de Dieu en elles.

Mais nous ne pourrons pas tous parler de douleur au passé. Certains d'entre nous n'auront pas de répit dans cette vie. Nous mourrons des suites de la maladie. Ressentez la douleur à vie d'une perte aiguë. Vivez au milieu de rêves brisés. Agonisez en vous demandant comment nos proches vont s'en sortir. Lutte contre une maladie physique et mentale débilitante. Nous ne verrons peut-être jamais l'accomplissement de tout ce que nous pensions que Dieu ferait. Comme les saints de toute l'Écriture, qui n'ont pas vu les promesses de Dieu se réaliser de leur vivant, nous devrons avoir confiance que Dieu a quelque chose de mieux en réserve pour nous ( Hébreux 11: 13-16 ). Un héritage glorieux. Des richesses incalculables. Couronnes de gloire. Plaisirs pour toujours. Si nous sommes à lui, notre douleur le plus sûrement et complètement fin .

Dieu a toute l'éternité pour nous prodiguer sa bonté ( Éphésiens 2: 7 ). Comme il l'a promis: «Aucun œil n'a vu, ni oreille n'a entendu, ni le cœur de l'homme n'a imaginé ce que Dieu a préparé pour ceux qui l'aiment» ( 1 Corinthiens 2: 9 ). Et je suis convaincu que moins nous avons reçu de plaisir et de récompense terrestres, plus grand sera notre plaisir et notre récompense au ciel.

Si vous luttez aujourd'hui, rappelez-vous que Dieu ne vous a pas oublié. Il vous a gravé sur la paume de ses mains ( Ésaïe 49: 15-16 ). Il ne vous décevra jamais ni ne vous abandonnera. Il marchera avec vous dans chaque vallée sombre. Le Dieu qui a compté tous les cheveux de votre tête et qui connaît chaque moineau qui tombe au sol est conscient de chaque détail de votre situation. Il utilise votre souffrance et votre douleur d'une manière que vous ne croiriez pas si quelqu'un vous le disait.

Et après avoir souffert un peu, le Dieu de toute grâce, qui vous a appelé à sa gloire éternelle en Christ, vous restaurera, vous confirmera, vous fortifiera et vous affermira lui-même. ( 1 Pierre 5:10 )

Vanetta Rendall