.
Du Québec à toute la francophonie

Heure de Montréal

Heure de Kinshasa

Heure de Bruxelles

Heure de Pekin

Heure de Sydney

Au fur et à mesure que je grandirai comme Christ, je ne ferai pas baisser l'inimitié. Un humble amour pour mon ennemi deviendra naturel et authentique. Le but est de voir chacun comme Jésus le voit - avec miséricorde et amour.

Romains 12: 9 dit: «L'amour doit être authentique. Détestez ce qui est mal, accrochez-vous à ce qui est bien. Quand j'ai lu ce verset, j'ai pensé pendant un moment que je pensais que je n'avais rien à faire.

Il y avait des gens envers qui je n'avais pas à me comporter avec amour; des situations où je pourrais simplement m'éloigner, être frustré ou exprimer mes sentiments avec un «Oh ouais? Eh bien, des bâtons et des pierres, mon pote! Des bâtons et des pierres », ajoutant ce geste en trois claquements que ma fille adolescente fait si bien, comme un zig-zag sur sa poitrine. Une condamnation sans paroles.

Quand j'ai lu Romains 12: 9 , j'ai pensé, pendant une seconde, Oh bien ; plus de faire semblant. Si je ne veux pas aimer certaines personnes qui ne sont pas gentilles avec moi, je n'ai pas à l'être . Mais ce n'est pas ce que dit Paul.

Dietrich Bonhoeffer a écrit: «Le chrétien doit traiter son ennemi comme un frère et rendre son hostilité avec amour. Son comportement doit être déterminé non pas par la manière dont les autres le traitent, mais par le traitement qu'il reçoit lui-même de Jésus; il n’a qu’une source, et c’est la volonté de Jésus. »

Qui est mon ennemi?

Je me trouve aux prises avec cette question. Non pas parce que je suis en désaccord avec Bonhoeffer, mais la question est complexe. Romains 12 continue: «Bénissez ceux qui vous persécutent; bénissez et ne les maudissez pas »(v.14) et« ne rendez personne le mal pour le mal »(v.17). À la toute fin du chapitre 12, Paul nous exhorte à «ne pas être vaincus par le mal, mais vaincre le mal par le bien» (v.21).

Comment aimons-nous vraiment et aimons-nous toujours notre ennemi? Car si quelqu'un est un ennemi pour moi, est-ce que je l'aime vraiment? Cela semble impossible.

Le grec « echthros » pour «hostile» est traduit par «ennemi», qui se réfère à la haine active ou passive; opposition. Les échthros peuvent être mutuels ou unilatéraux; évident ou tacite.

Si je dis que j'aime quelqu'un envers qui je nourris de l'hostilité, je ne l'ai pas aimé. Jésus a dit «que quiconque est en colère contre son frère sera passible de jugement» ( Matthieu 5:22 ). Ce n'est pas normal d'avoir des pensées de colère si je n'agis pas en conséquence.

C'est la même chose. Si je manque de miséricorde et de patience, je ne suis pas Jésus. 1 Corinthiens 13: 4-5 dit que l'amour est bon et n'insiste pas sur sa propre voie; l'amour n'est pas «irritable ou rancunier». Comment puis-je dire que j'aime quelqu'un tout en le méprisant?

La réponse est que je ne peux pas. Une personne peut s'opposer à moi et continuer à me voir de cette façon, en me traitant comme un ennemi, mais mon cœur doit changer. Et à cela, je murmure souvent dans mon souffle "c'est tellement injuste."

Dans ce cas, mon inimitié est redirigée vers Dieu, et ce n'est pas normal. Comme l'a dit John Piper , "il n'est jamais, jamais, jamais, juste d'être en colère contre Dieu." Mais c'est un gros sujet pour un autre jour.

Qui est-ce que j'aime?

Qui est mon voisin? Tout le monde. Ceux qui veulent se dire «disciple» sont censés considérer tout le monde avec amour. Jésus aimait ses ennemis, y compris les gardes romains qui le battaient et le clouaient sur une croix et partageaient ses vêtements pendant qu'il regardait et souffrait.

Il a demandé au Père de leur pardonner en disant «ils ne savent pas ce qu'ils font» ( Luc 23:34 ). Il aimait Peter qui l'a rejeté trois fois. Même contester l'hypocrisie des pharisiens était un acte d'amour.

Une phrase que j'ai entendue à plusieurs reprises est: «Je ne me fâche pas; Je donne juste aux gens assez de corde pour se pendre. » Jésus n'a pas fait cela; il a appelé les gens. Il les a prévenus.

Il leur a donné les informations les plus importantes sur leur péché et le moyen de s'en sortir; leur a offert une chance de se repentir et de recevoir le pardon.

Jésus nous aime quand nous ne parlons pas pour notre foi, quand nous perdons notre sang-froid et quand nous mentons pour éviter les conflits ou les conséquences.

Il y a des trafiquants de drogue condamnés, des conjoints autrefois abusifs et des meurtriers qui marcheront un jour avec Jésus au paradis parce qu'ils se sont rendu compte qu'ils n'étaient pas seulement des ennemis des gens - ils étaient des ennemis de Dieu, mais il les aimait «d'un amour éternel» ( Jérémie 31: 3 ). Et maintenant, par le sang de son Fils, ils sont rachetés.

Comment est-ce que j'aime?

L'amour n'est pas facile; c'est le trésor le plus coûteux que l'on puisse imaginer. Nous saupoudrons « Dieu est amour » et «aimons votre ennemi» dans des conversations spirituelles comme si elles étaient légères et faciles. Jésus a dit: «Aime ton prochain comme toi-même» ( Marc 12:31 ). Mais ces concepts sont difficiles.

On ne peut pas le faire. Avec tout l'amour dans mon compte bancaire émotionnel, chaque centime, je ne peux pas aimer la façon dont Jésus aime. Je suis incapable, en donnant tout mon argent aux pauvres, d'aimer activement la manière dont le Christ aime.

Il est impossible, en souriant et en serrant les dents alors que quelqu'un me abuse ou me rejette, faire plus que m'empêcher de réagir de manière pécheresse. Ce n'est pas en mon pouvoir. Il ne s'attend pas non plus à ce que nous fassions cela par nos propres forces.

Notre transformation «d'un degré de gloire à un autre [vient] du Seigneur qui est l'Esprit» ( 2 Corinthiens 3:18 ). Nos sentiments authentiques s'affinent pour s'aligner sur ceux de notre Sauveur.

Un disciple est celui qui suit Jésus, et cela signifie non seulement aller au ciel avec lui mais modeler notre vie sur la sienne. Afin d'obéir au Christ dans le domaine «d'aimer nos ennemis», nous devons abandonner l'orgueil.

Je trouve ça difficile, n'est-ce pas? Il peut s'agir simplement de ne pas vouloir dire «je suis désolé», ou de goûter le mot «mais» au bout de ma langue et de me lancer dans toutes les raisons pour lesquelles je ne suis vraiment pas désolé.

Il peut s'agir de choisir de ne pas me sentir sur la défensive lorsque je suis attaqué, mais de me permettre d'entendre toute vérité incrustée dans les mensonges, de travailler sur les changements que je dois faire et d'avoir confiance que Dieu connaît la vérité. Jésus ne s'est pas défendu contre le Pilate. Pourquoi devrais-je me sentir autorisé à agir autrement?

Aimer mon ennemi pour de vrai

Quand j'ai pris des cours de karaté il y a quelques années, nos professeurs m'ont expliqué que nous n'apprendons pas les arts martiaux pour devenir des combattants réussis ou pour canaliser la colère - nous apprenons à éviter un combat.

Oui, nous avons appris des coups de pied et des coups de poing efficaces et des choses assez dévastatrices à faire avec nos coudes, mais nous avons également appris la maîtrise de soi et avons été encouragés à respecter l'autre personne. Notre armure spirituelle n'est pas pour commencer des combats ou dire: "Mon père est plus grand que ton père."

Au fur et à mesure que je grandis comme Christ (ce qui est un processus d'une lenteur embarrassante), je ne ferai pas baisser l'inimitié. Un humble amour pour mon ennemi deviendra naturel et authentique. Le but est de voir chacun comme Jésus le voit - avec miséricorde et amour.

Candice Lucey  est une écrivaine indépendante de la Colombie-Britannique, au Canada, où elle vit avec sa famille.